Alimentation et endométriose : quels aliments choisir ?



L’endométriose est une maladie inflammatoire.

L’alimentation représente un facteur clé dans l’endométriose.

Elle peut autant l’aggraver que la soulager.


L’endométriose concerne beaucoup de femmes, et de plus en plus, qui entrent dans mon cabinet.


J’ai donc jugé important 2 choses :

-faire découvrir toujours un peu plus l’endométriose, encore parfois malheureusement trop méconnue et laissant des femmes et leurs proches dans l’incompréhension, l’incertitude et la douleur


-soulager leur quotidien simplement, et ce grâce à mon savoir en matière d’alimentation. Car si je ne suis ni gynécologue, ni généraliste, je suis diététicienne, et ça c’est dans mes cordes !



rentree

L’endométriose c’est quoi ?

L’endométriose est une maladie gynécologique chronique de la femme en âge de procréer qui se caractérise par le développement d’une muqueuse utérine (l’endomètre) en dehors de l’utérus, colonisant d’autres organes avoisinants.

Maladie complexe aux symptômes variés selon les femmes touchées, elle se traduit le plus souvent par des douleurs durant les règles, les rapports sexuels, douleurs pelviennes, et est une source fréquente d’infertilité. Ses causes sont également mal connues, associant plusieurs facteurs qu’ils soient liés aux menstruations, facteurs hormonaux génétiques ou environnementaux.

(source : https://solidarites-sante.gouv.fr/)

L’endométriose est une maladie inflammatoire. La présence des lésions et leur saignement au cours du cycle menstruel vont provoquer un état général inflammatoire dans le corps. Un état qui va induire des irritations des organes et donc des douleurs.

Il n’existe pas de traitement contre l’endométriose. Cependant en ayant une approche pluridisciplinaire des soins (gynéco et … diététique, naturopathie, sophrologie, yoga…) cela peut aider les femmes à mieux vivre au quotidien.


En quoi l’alimentation peut-elle jouer un rôle dans l’endométriose ?

Bien-être, énergie, sport, productivité, santé, maladies, apparence physique, douleurs, vieillissement, sommeil…. l’alimentation, c’est la clé de tout ! Et dans l’endométriose, aussi !


Vous le savez déjà, une mauvaise alimentation peut favoriser la survenue de certains problèmes de santé comme le diabète, des maladies cardio-vasculaire, des cancers, … Rééquilibrer son alimentation aide à prévenir de nombreuses maladies.

Au fil des décennies, l’alimentation a évolué vers des produits industriels et toujours plus transformés. Et cela finit par coûter cher à notre santé.

De plus, l’alimentation peut être un facteur aggravant des symptômes de l’endométriose et de son développement.

Il a été prouvé qu’en corrigeant l’alimentation et adoptant une alimentation anti-inflammatoire spécifique à l’endométriose, on peut combattre cette inflammation. En réduisant le taux inflammatoire dans le corps, on diminue ses symptômes et peut améliorer sa qualité de vie. Une alimentation anti-inflammatoire peut réduire différents symptômes : douleurs, fatigue, intestin irritable, douleurs lors des selles, etc.

L’alimentation dite anti-inflammatoire est donc une piste à privilégier pour les femmes atteintes d’endométriose.




Alors, l’alimentation anti-inflammatoire, c’est quoi?

De manière générale, il faut éviter le :

  • trop gras,

  • trop sucré,

  • trop salé,

mais surtout les produits industriels ultra-transformés.

Il vaut mieux se tourner davantage vers des produits bruts comme des pâtes complètes, du riz complet, en privilégiant de préférence le BIO ! pour éviter les pesticides et les perturbateurs endocriniens. (rappel : le complet pour plus de fibres, minéraux et vitamines, BIO car qui dit « complet » dit farine contenant le blé complet, soit l'ensemble du grain de blé : le germe, le son et la graine, là où « blanche » = seule la graine moulue est conservée, donc on évite le germe et le son qui a été traité avec des pesticides merci)

En fait tout simplement, et comme d’habitude j’ai envie de dire, on se tourne vers les fruits, les légumes, les légumineuses, les poissons… une alimentation de type méditerranéenne (eh oui le sud en force), bref vous l’aurez compris, une alimentation

  • plus saine

  • plus locale

  • plus naturelle, moins transformée.

On revient au brut, la base.




Y’a t-il des aliments à éviter lorsque l’on est atteinte d’endométriose ?

Alors dans tous les cas, l’idée n’est pas de faire la révolution du jour en lendemain dans votre assiette.


Commencez par consulter des professionnels de tous horizons donc, si vous me suivez, je suis sûre que vous avez déjà des bons réflexes et que vous faites déjà de beaux efforts.


Ensuite testez ! Essayez ! Et constatez l’impact que peut avoir (ou non), tel ou tel produit, avant, pendant et après votre cycle.

Si vous sentez une amélioration, continuez ! Si vous sentez que vous n’avez pas fait un choix judicieux et que vous le voyez bien, vous êtes mal… changez ! rectifiez, continuez aussi (mais autrement du coup) !



Concrètement, je mange quoi si j’ai de l’endométriose ?

On évite (et surtout en grosse quantité!)

  • viande rouge

  • charcuteries

  • produits laitiers

  • beurre, les graisses animales, l’huile de palme, les pâtisseries, les plats préparés,…

  • préparations industrielles, les margarines, les pâtes feuilletées

  • sucre sous toutes ses formes, boissons et aliments sucrés

  • fritures

  • produits raffinés (blancs) : à base de farines raffinées comme le pain blanc, le riz blanc, les biscuits,…

  • le café

  • l’alcool


On privilégie

  • fruits

  • légumes

  • légumineuses : les pois chiches, les fèves, les lentilles,…

  • Les oméga 3, les poissons gras, et huiles : l’huile de colza, de noix, de lin, les graines de Chia,…

  • eaux minérales, les oléagineux, les céréales complètes,…

  • thé vert, l’huile d’olive de première pression à froid, le vin rouge, le chocolat noir,…

  • épices : le curcuma, le gingembre, l’ail, l’oignon, les herbes,…

  • pain de seigle, pain de petit épeautre, pain au levain




Trouver l'équilibre...

Et puis je souligne que l’alimentation anti-inflammatoire ne concerne pas uniquement la femme atteinte d’endométriose, pas de contre indication bien-sûr, bien au contraire ! Bonne nouvelle, tout le foyer est concerné par une alimentation plus saine !


Pour finir, je dirais (comme d’habitude mais je ne le répète jamais assez) qu’il est important de trouver un équilibre.


On essai de passer à une alimentation anti-inflammatoire dans la mesure du possible et selon ses habitudes, ses envies, d’où l’on vient etc. L’idée c’est de ne pas faire de la nourriture son adversaire et faire naitre des frustrations, l’idée c’est prendre soin de soi. Le plus important c’est la régularité des efforts, et mieux comprendre l’importance de ce mode d’alimentation et ses bienfaits.



L’alimentation est un plaisir et cela doit le rester !


Marine <3





Pour vous aider et aller plus loin...

Dépistage ? conseils ? Alimentation ?

Si vous voulez en savoir plus sur cette maladie ou avez besoin d’aide et d’informations :

  • L’association S-Endo organise régulièrement une conférence sur l’alimentation anti-inflammatoire. Car malheureusement, peu de diététiciens sont formés dans l’alimentation spécifique à l’endométriose.

  • Je vous recommande vivement le livre « Alimentation anti-endométriose » de Fabien Piasco, Diététicien-Nutritioniste

  • Retrouvez et suivez des femmes atteintes d’endométriose sur les réseaux sous le hashtag #endogirl

  • Téléchargez une appli pour suivre l’évolution de votre maladie : EndoZiwig, Lyv, My Endo App, Sun app, Nabla, Luna

  • Parlez-en à votre médecin





#alimentationequilibree #alimentation #healthy #healthyfood #healthylifestyle #conseil #sante #endometriose #regime #mangermieux #endo #endométriose #plaisir #antiinflammatoire #régimeendo #maladie #endogirl #hyperproteine #equilibrealimentaire #alimentationantiinflammatoire #endometre #gyneco #gynécologie #naturo #douleursderegles #cyclemenstruel






53 vues0 commentaire